OIL & GAS IN AFRICA

PermisEnAlgerie1950

RigInSahara

Les Hydrocarbures en Afrique !

 

Dr Said Beghoul et Dr Abdelkader Saadallah prennent en charge la première initiative matérialisée par ce premier texte.

 

Notre ambition est d’édifier un THINK TANK au sein, et autour, de GASS (Geo Africa Sciences Society) qui se renforce dans l’action, la réflexion et les échanges. Une synergie centrée sur les HYDROCARBURES EN AFRIQUE.

 

C’est un sujet très vaste !

 

Aussi, nous ne cherchons qu’à mettre en évidence les éléments clefs que les géoscientifiques, au sens large, et pas seulement les géologues pétroliers, aimeraient en prendre connaissance pour enrichir leur expérience, et réagir par des contributions.

 

Réfléchir différemment pour participer à solutionner les défis qui se posent déjà, tout en s’aggravant dans le futur immédiat. Et pas seulement dans l’industrie du pétrole, dans tous les secteurs de l’économie. En plus du fait que les premières initiatives vers les énergies renouvelables se dessinent déjà.

 

Dans le monde pétrolier, il est bien connu que les hydrocarbures se trouvent d’abord et en premier lieu dans la tête des géoscientifiques, avant d’être atteint par un forage dans le sous-sol.

 

L’expérience compte !

 

La partager dans une compagnie, ou une institution est important ; à l’échelle de l’Afrique, c’est notre ambition !

 

Nous voudrions que GASS y contribue, et de plus en plus ! Et en la faisant partager à l’échelle continentale !

 

Notre but est de la construire en faisant appel aux uns et aux autres, en boostant une synergie entre des géoscientifiques de parcours différents et complémentaires, de générations successives pour que les erreurs des uns, et les succès des autres, jeunes et moins jeunes, deviennent un enseignement pour tous.

Un capital humain en perpétuel enrichissement d’une valeur inestimable.

 

Pour le cas de l’Algérie par exemple, des questions de fonds sont là, comme :

Concernant le socle précambrien, dans quelles régions du Sud peut-on déduire que des migrations secondaires d’hydrocarbures en ont fait un réservoir, comme au Yémen ?

Après le collage du nord atlasique à la Plateforme saharienne à l’Eocène Sup (- 40 Ma), le long de l’accident majeur sud atlasique, vers où les migrations des hydrocarbures ont eu lieu dans le domaine atlasique ?

L’Atlas saharien est considéré comme un prospect après avoir été l’objet d’études diverses, mais comment différencier les faux pièges pétroliers (faux anticlinaux) des pièges réels ?
Et les terrains ante-triasiques, où sont-ils les plus accessibles sous une couche triasique la moins épaisse possible ?

Le gaz de schiste serait-il rentable en Algérie ? Constitue-t-il un danger polluant pour les réserves d’eau pratiquement fossile du sud ?

 

Ce sont des questions dont les approches, dans tous les cas de figures, coûtent des milliards à économiser ou à engranger !

 

Tout géoscientifique intéressé est le bienvenu !

A. Saadallah & S. Beghoul, 25 février, 2016

 

Membres au 27 février, 2016:

A. Saadallah

S. Beghoul

J. Mainga

H. Abdallah

Oil & Gas In Africa!

 

Dr Said Beghoul and Dr Abdelkader Saadallah took action to launch by this document.

 

Our aim is to build up a THINK TANK within and all around GASS (Geo Africa Sciences Society) targeting to get more strength by acting, thinking and sharing. A synergy focussed on OIL & GAS IN AFRICA.

 

It is a huge ocean!

 

Therefore, we will highlight the key elements the geoscientists, in its large meaning, and not only petroleum geologists, would like to know to enrich their experience and reflect by contributing.

 

Think differently to contribute solving challenges we already face, while they are evolving drastically in the near future. Not only in petroleum industry, but spreading all around the whole economy globally. In the same time the first step in the renewable energies are at hand.

 

In the petroleum community, it is well known that oil & gas are first located in geoscientist minds, before they are spotted on the earth to be targeted by drilling.

 

Experience matters a lot!

 

Sharing it in a Co, or within an institution is vital; at Africa scale is our ambition!

 

We are strongly willing that GASS should, more and more, contribute! Sharing it at a continental scale!

 

We aim to build it up by gathering all, by boosting a synergy among geoscientists, with different and complementary paths, following generations, to learn from mistakes and successes, from young and grey hairs, to make it a valuable experience for all.

An invaluable capital of human and competence in constant progress and perpetual enrichment.

 

In Algeria, for instance, a billion strategic questions are there on the table, such as:

In what areas in the South Precambrian basement might be a reservoir due to secondary migrations of hydrocarbons, such as in Yemen for instance?

Following the collage side by side of the Saharan Platform to the North Atlasic, during the Upper Eocene (-40 Ma), along the major South Atlasic Fault, toward what domains the secondary migrations of hydrocarbons occurred within the Atlasic Domain?

The Saharan Atlas is considered as a prospect, following several studies, but how to differentiate between false traps (false anticlines) from actual hydrocarbons traps?

Regarding the prior-Triassic formations, where are they the most accessible under the less thick Triassic layer?

The shale gas can be profitable in Algeria? Is it a source of pollution for the underground water resource almost fossil in the South?

 

These are, among others, issues that any approach, will cost billions to save from expenses or to harvest!

 

Any Geoscientist interested is most welcome!

A. Saadallah & S. Beghoul, February 25, 2016

 

Members on February 27, 2016

A. Saadallah

S. Beghoul

J. Mainga

H. Abdallah

 

Subscribe to our Newsletter


Select list(s):


Subscribe to our newsletter and join our 189 subscribers.

Flag Counter